24/02/2014

OUI,J'OSE Vérité -Le ras-le-bol

 

1905892608.jpg

1905892608.jpg

 Écrit par : Ladycommandement | (24/02/2014 commentaires)

 

En 2014, dès la prochaine élection, si vous ne savez pour qui voter ?... moi je sais!

Mon candidat devra s'engager sur :

- immigration réglementée

- Suppression de l'aide médicale gratuite pour les ’’ faux réfugiés’’

 - Réduction du nombre de ministres Sénateurs, députés

 - Aligner le calcul des retraites de fonctionnaire comme dans le privé

 - Que l'on n'arrête de payer des retraites à l'étranger sans savoir si les gens sont toujours vivants. ( si si cela arrive !!!)

 - Suppression des retraites (grapa) versées aux étrangers arrivant en Belgique à 65 ans sans jamais avoir Cotisé.

- STOP au diktat de l’UE :

 - Les milliards qu’ils nous pompent

 - Une mondialisation à peine camouflée –

 - A l'ouverture des frontières.
 

- Suppression des avantages aux employés et administrateurs des services dit publics.

Faites les comptes, nous pourrions avoir moins de hausses de prix, moins de taxes.

- Désendettement massif de la Belgique par la réduction du train de vie de toutes les sangsues.

- Suppression des aides aux associations, ASBL véritable pompe pour assistés.

Si vous voulez que cela continue, reconduisez ceux qui depuis 30 ans votent des budgets en déficit pour acheter des électeurs…

Un jour j'irai vivre en Théorie, parce qu'en théorie tout se passe bien.

Comment expliquer qu'un salarié qui se lève chaque matin a du mal à finir le mois, ne part presque jamais en vacances et ne peutse soigner correctement alors qu'une personne inactive est logée gratuitement , peut faire des grasses matinées, partir envacances chaque année avec les bons vacances et se faire soigner  bien mieux qu'un salarié qui n'a droit à rien de tout ça !!!

Alors aidons plus les salariés pour une Belgique qui avance, et foutez les cas sociaux qui profitent au boulot (nettoyage de rue par ex.) !!!!!

J'aimerais savoir qui osera transférer le commentaire de ce blogs!!!

Bravo à celui qui ose, car ce pays est malheureusement truffé de grandes gueules, mais qui se laissent manœuvrer sentimentalement par des gauchistes beaux parleurs et destructeurs de notre Wallonie.

J’irais voter pour faire monter le % des votants, mais bulletin blanc pour l’UE afin de marquer mon désaccord.

Je ne salue pas les pigeons.

Ladycommandement

 Note de Vérité : Voilà j'ai osé . Salutations Miss.

 

RETRAITE  BON.jpg

 

Encore un racket

 RETRAITE DIEU.jpg

 Gifs  adhérer.gif

 

 

 

 

10:25 Écrit par résistant & Vérité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/02/2014

L’U.E. CRITIQUE LE PAYS LE PLUS DEMOCRATIQUE… D’EUROPE !

 

red0k58fec50mirrpcs3r230k8m34_1392590085_0189animation3.gif

 

 

La votation ! Ce mot bizarre venu de chez nos amis helvètes a envahi les discussions de comptoir depuis dimanche soir. Et enflammé le bien pensant landerneau politique européen qui, c’est un comble, s’est empressé de critiquer le résultat d’un scrutin on ne peut plus démocratique.

 

Sont-ils les mieux placés pour donner des leçons de démocratie quand ils la contournent allègrement chez eux ou pire, quand ils s'assoient dessus ?

 

 

Si la fameuse votation en question a bien été initiée par un parti d’extrême droite, son résultat serré est issu d’un vote totalement démocratique formulé par 56 % de la population suisse en âge de voter. Et aussitôt connu le résultat, tous les bien-pensants de la politique européenne, qu'ils soient de droite ou de gauche, n’ont rien vu de moins qu’un repli identitaire et sont tombé à bras raccourcis sur la Suisse.

 

De leur côté, les économistes et chefs d’entreprise y voient eux, une forme de protectionnisme “démocratique” qui n’est sans doute pas si extrême qu’on veut bien le penser. Eux, à l’opposé des politiques, sont au cœur du combat quotidien pour la compétitivité et le maintien de l’emploi. Ne l’oublions pas.

 

 

 

L’Europe, incapable de toute harmonisation

366960001392625090.gif

 

Car, face à eux, l’Europe multiplie les paradoxes avec son libéralisme policé, normé, calibré qu'elle impose tout en refusant de mettre tous les états concernés sur le même pied d’égalité.

 

Sur nos autoroutes, les chauffeurs venus d’Europe de l’Est, au volant de camions appartenant à des sociétés d’Europe de l’Est, trustent aujourd’hui sans vergogne les marchés de transport sans que les opérateurs du vieux continent puissent opposer une quelconque résistance.  L’Europe harmonise-t-elle ?

 

Sur les chantiers belges, français, allemands... la main d’œuvre payée quelques centaines d'euros est aujourd’hui en provenance directe d’Europe de l’Est. L’Europe harmonise-t-elle ?

 

Dans le ciel européen, Ryanair exploite depuis des années les failles de la législation sociale européenne pour réduire au maximum ses charges sociales. Dans quelques mois, l’ogre irlandais aura peut être terrassé notre compagnie nationale. L’Europe harmonise-t-elle ?

 

Et au niveau planétaire, que penser de Yahoo après l’annonce du rapatriement prochain de l'ensemble de ses activités Europe, Moyen-Orient et Afrique... en Irlande. Et que dire de l’attitude des autres Google, Facebook, Amazon qui mettent en concurrence les régimes fiscaux des différents pays européens pour éviter le paiement de l'impôt. Ce qu'ils appellent pudiquement « l'optimisation fiscale ». A titre d’exemple, le chiffre d'affaires réalisé en France par Google est facturé en Irlande à plus de 90 %. L'Europe harmonise-t-elle ?

 

A toutes ces questions, la réponse est évidemment et inlassablement négative. L’Europe des décideurs qui marchandent les accords et des fonctionnaires qui prennent les poissons d’avril de Pag tour comme étant de vraies informations est tout simplement immobilisée par le poids de ses structures, de ses normes, de sa vision technocratique.

 

Critiquer la Suisse est finalement un pur déni démocratique assorti aussi d'un cynisme qui laisse sans voix.

 

 

 

La France dans le déni du referendum 

 

Premier à donner des leçons au monde entier, le gouvernement français n'a pas hésité à s'assoir royalement le 29 mai 2005 sur les 15 millions de bulletins qui ont dit NON (soit 54,67 % des votants !) lors du referendum instituant une constitution en Europe ...

 

Et que dire des 90 % de votants bataves qui ont aussi dit NON à 61 % le 1er juin 2005, ou encore les irlandais le 13 juin de la même année ? Ont-ils été entendus ? Non, parce qu'il n'y avait pas de plan B... et qu'il fallait quand même avancer.

Construire une Europe à marche forcée sans tenir compte de l'avis des populations...

 

En France, on a résolu le problème par une astuce en opérant une révision de la Constitution Française. Effectuée par convocation du Congrès le 4 février 2008, elle a permis la ratification du traité lui-même par voie parlementaire quatre jours plus tard.

 

Ca s'appelle changer les règles en cours de jeu. Bonjour la patrie des Droits de l’Homme et du Citoyen. Car, n'est on pas là en plein déni démocratique ?

 

En Irlande, on a tout simplement supendu le referendum... Tout comme au Danemark ou encore au Portugal... Au Royaume-Uni, on l'a tout simplement gelé... D'autres pays comme la Pologne ou la République Tchèque n'ont pas encore donné de date...

 

Des méthodes dignes de pays totalitaires, non ?

 

 

A croire que dans le secret des couloirs, nos chers élus ne rêvent de la démocratie que comme elle se pratique en Corée du Nord !

 

En France, François Fillon, en quête manifeste de visibilité, de crédibilité (et de récupération politicienne - élections présidentielles de 2017 obligent) vient d’affirmer que, depuis des mois, il réclame le même système que celui envisagé par la Suisse.

 

Comprenez, une évaluation annuelle de migrants en fonction de critères d’accueil et économiques pour réguler l’immigration et améliorer l’intégration.

 

Est-ce être extrémiste

que de défendre une telle position ?

 

De nombreux pays comme l'Australie, les U.S.A. ou encore le Canada ont déjà mis en place une politique de quotas...

 

Les montre-t-on du doigt ?

 

 

 

Le référendum en Belgique ?

Une utopie antidémocratique ?

 

Dans notre pays où l’échec de l’intégration est globalement admis par toute personne frappée d’une once de lucidité, l’idée du référendum, exercice démocratique par excellence, est systématiquement et subtilement foulée aux pieds par des politiques bien-pensants, avides de conserver un pouvoir à court terme, qui les empêche de prendre des décisions qui permettraient avec un peu d’ambition, de redonner à la Belgique son aura du passé…

 

La Suisse, elle, ne s’embarrasse pas de ces préoccupations et restera encore longtemps un modèle économique et démocratique. Une exception enviable qui confirmera la règle de l’immobilisme des décideurs européens. Même si le vote du peuple helvète a mis tout le petit monde européen dans l'embarras, et leurs dirigeants politiques et économiques les premiers, voyons voir comment l'Helvétie va vivre avec cette épine démocratique dans son pied...

 

Car, les conséquences du vote de dimanche vont bien au-delà du seul niveau local. Ainsi, tous les accords économiques bilatéraux entre l'UE et la Suisse dans des secteurs comme l’agriculture, les transports ou la recherche et qui sont bâtis sur le principe de la libre-circulation, sont aujourd’hui caduques. Vaste foutoir en perspective...

 

A moins, qu'au nom de la démocratie, on interdise aux pays membres de l'Union Européenne ou pas d'exercer leur droit souverain d'organiser des référendums, votations et autres colifichets symboles d'une certaine liberté... chaque jour un peu plus sacrifiée au nom de l'intérêt économique.

Texte publié dans Edito le 10 février 2014  

 

 

L'UE et la turuie.jpg

 

L'arrogance de la commission européenne et des gouvernements Européens est insupportable qui relève D’UN DIKTAT A PEINE CAMOUFLE, DE MENACES A PEINE VOILEES , et nie l'intelligence et la souveraineté du peuple suisse et des peuples européens.

 

A tous les dirigeants des pays signataires de l'U.E.: NOUS VOULONS un référendum démocratique

 

Une pétition est en cours : Lisez et signez , propagez-la si vous êtes d’ accord.

 Merci

 

http://www.avaaz.org/fr/petition/A_tous_les_dirigeants_des_pays_signataires_de_lUE_Un_referendum_democratique//?launch

 


Une nationalité s'hérite ou se mérite.

 

 

 

 

09:06 Écrit par résistant & Vérité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

03/02/2014

BRAVO AUX SUISSES qui organisent un référendum pour démontrer qu’ils sont de vrais démocrates. IMMIGRATION : la votation suisse qui défie l’Union européenne

stopper_l_immigration_massive.jpg

 

Dimanche 9 février, il va se passer quelque chose d’inimaginable dans aucun autre pays : une votation demandera l’avis du peuple suisse, sur l’immigration de masse.

 

En effet, depuis 2007, le Conseil fédéral, sous pression de l’Union européenne, a autorisé la libre circulation des personnes. Pour faire passer la pilule, les dirigeants avaient promis qu’il n’y aurait pas davantage que 8.000 entrées par an. Six ans plus tard, on en est à 80.000, soit, pour un pays de 8 millions d’habitants, l’équivalent de 650.000 entrées d’immigrés par an en France !

 

L’Union démocratique du centre (UDC) a donc recueilli les 100.000 signatures nécessaires à l’organisation d’une votation, dans les 26 cantons de la Confédération helvétique. Et le débat démocratique est lancé. Le parti d’Oskar Freysinger explique qu’en 1980, la Suisse comptait 5,4 millions d’habitants. Depuis cette date s’y sont ajoutés 1,8 million d’immigrés, dont 800.000 ont obtenu la nationalité suisse. Ce pays compte aujourd’hui sur son territoire 23 % d’étrangers. Si l’évolution de la population se poursuit au même rythme, la Suisse comptera, en 2035, 10 millions d’habitants.

 

L’UDC ajoute que 80.000 nouveaux venus, cela représente l’équivalent annuel de 34.500 logements supplémentaires, 300 classes d’école, 42.000 voitures, 150 éoliennes…

 

La situation suisse est pourtant fort différente de celle de notre pays : seulement 3 % de chômeurs helvètes, et 6 % de chômeurs étrangers. Mais ceux-ci bénéficient de 47 % des aides sociales, et 70 % des délits sont le fait de nouveaux venus.

 

Chose inenvisageable en France, des débats contradictoires ont lieu, souvent à l’invitation de l’UDC, qui invite des représentants du PS, hostiles à l’initiative, à développer leurs arguments. J’ai ainsi assisté, près de Sion, devant 500 auditeurs attentifs, à un débat opposant le président de l’UDC, Christoph Blocher, à un jeune élu socialiste de 26 ans. Les mots « raciste », « fasciste », « extrême droite » n’ont jamais été prononcés. Chacun a écouté l’autre, aucun sifflet et, à la fin, les gens ont bu un coup ensemble. Imaginons, sur l’immigration, en France, le FN inviter le PS, et un débat entre Florian Philippot et Harlem Désir se dérouler courtoisement…

 

L’initiative de l’UDC est malgré tout condamnée par l’ensemble de la classe politique, par les grands patrons et par les organisations syndicales, dans un curieux consensus.

 

Mais c’est surtout de l’Union européenne que viennent les menaces les plus vives.

 

 Ainsi, l’inimitable commissaire Viviane Reding, celle qui comparaît les expulsions de Roms en situation irrégulière, en France, aux rafles des juifs en 1940, a-t-elle fait savoir aux Suisses que Bruxelles ne tiendrait pas compte de leur vote du 9 février, parce que la libre circulation était un principe intangible, en Europe.

 

 Les Helvètes se voient, d’autre part, menacés sur les 60 % d’exportation réalisées dans les autres pays européens. On leur explique à mots couverts que s’ils votaient mal, leurs produits pourraient rester bloqués à la frontière !

 

Il est vrai qu’à chaque fois qu’on a donné la parole au peuple suisse, celui-ci s’est particulièrement mal tenu à table. Ainsi, en 1992, seul contre tous, le président-fondateur de l’UDC, Christoph Blocher, avait convaincu ses compatriotes de refuser l’entrée dans l’Union européenne.

 

Personne n’a oublié la votation sur les minarets, en 2009, et l’onde de choc qu’elle a provoquée en France. Caroline Fourest, envoyée en mission, avait qualifié les Suisse de « talibans », Libération avait titré sur « le vote de la honte », et le grand démocrate Cohn-Bendit avait, lui, exigé que les électeurs revotent jusqu’à ce qu’ils se ressaisissent !

 

L’Union européenne multiplie donc les menaces, mais fait également brûler des cierges pour que, enfin, les électeurs suisses rentrent dans le rang. On imagine sans peine la victoire symbolique que représenterait, pour les européistes, le vote du peuple le plus euro-sceptique du Vieux Continent, sur un sujet aussi sensible que l’immigration.

 

Les commissaires européens ne paraissent pas rassurés par les derniers sondages, qui donnent pourtant l’initiative de l’UDC à seulement 40 % d’intention de vote… exactement les mêmes chiffres qu’en 2009, avec le résultat que l’on sait : victoire du oui, à 57 % !

 

Pour qui connaît bien les Suisses, leur attachement à la démocratie directe et à leur souveraineté, il pourrait y avoir des gueules de bois, le dimanche 9 février au soir, lors de l’annonce des premiers résultats.

 

Rappel :

 

LE FRONT WALLON EST LE SEUL PARTI FRANCOPHONE A AVOIR INSCRIT DANS SON PROGRAMME LE REFERENDUM ET LA CONSULTATION POPULAIRE

 

 

Gifs  adhérer.gif

Stopper L'im.jpg

 

 

12:51 Écrit par résistant & Vérité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |