01/11/2015

FN en Belgique: Charleroi: le parquet poursuit Brigitte Beudot, une ex-attachée parlementaire FN

 

images.jpg

 

 

Charleroi: le parquet poursuit Brigitte Beudot  une ex-attachée parlementaire FN

 

Gilbert Dupont Publié le mardi 27 octobre 2015 à 20h56 - Mis à jour le mercredi 28 octobre 2015 à 10h14

 

Exclusif

 

BB.jpg

 

 

Faits divers: En 2008, Brigitte B. avait accusé l’ancien sénateur Petitjean de lubricité.

Selon nos informations, le parquet de Charleroi poursuit pour calomnie l’ex-attachée parlementaire du FN Brigitte B., 51 ans, de Courcelles. Le parquet demande son renvoi en correctionnelle pour "avoir fait, par écrit, à l’autorité, une dénonciation calomnieuse à charge de Charles Petitjean" et pour "lui avoir méchamment imputé un fait précis de nature à porter atteinte à son honneur ou à l’exposer au mépris public".

C’est l’aboutissement d’une affaire déjà ancienne. Le 18 novembre 2008, cette secrétaire parlementaire alors au service de l’ancien sénateur-bourgmestre libéral l’avait accusé de faits sexuels multiples et variés, entre autres de l’avoir harcelée, de lui avoir proposé des relations sexuelles en échange d’un emploi de secrétaire à temps plein, de l’avoir fait travailler en soutien-gorge ou poitrine nue et de l’avoir plaquée contre un mur pour relever sa blouse et voir ses seins.

Brigitte B. avait reproduit ces accusations le 6 mai 2009 lors d’une audition à la police des Trieux et, dès le lendemain, des médias en faisaient leurs choux gras.

À un mois des élections régionales et européennes du 7 juin, Charles Petitjean pouvait protester et parler d’assassinat politique : il était cuit, c’en était fini pour lui.

Or, tout était faux , comme la cour d’appel de Mons l’a décidé le 12 décembre 2014 : les allégations ne reposaient sur rien.

Dix mois plus tard, le parquet de Charleroi tire les conséquences de l’acquittement de M. Petitjean et poursuit au pénal l’auteure des accusations. Accusations qui n’avaient pour but, selon lui, que de porter atteinte à l’honneur de l’homme politique et l’exposer au mépris public.

L’ex-attachée parlementaire a depuis lors été inquiétée pour cocaïne en tant que dealeuse. Brigitte B. a fait deux mois de prison préventive en 2013.

Assassinat politique ? Pour Charles Petitjean, l’affaire est entendue. "Cette femme m’a cassé politiquement."

Secrétaire chez lui à temps partiel, elle cherchait un emploi à temps plein. Petitjean constate qu’elle lance ses accusations le 18 novembre 2008 et devient le 1er décembre suivant l’attachée parlementaire à temps plein, rémunérée par le Parlement wallon, du député FN Borbouse.

Elle reproduit ses accusations le 6 mai qui sont médiatisées dès le lendemain, provoquant le scandale qui écarte M. Petitjean à un mois des élections régionales et européennes du 7 juin et ouvre la voie au même Jean-Pierre Borbouse dont elle est toujours l’attachée parlementaire.

Pour Charles Petitjean, l’adage "à qui profite le crime ?" n’aurait donc jamais été aussi vrai : "Elle m’a cassé politiquement, et elle l’a fait sur ordre."

Charles Petitjean, un homme aujourd’hui âgé, ajoute qu’à 81 ans, et dans un contexte privé difficile, il a beaucoup souffert de ces accusations. Le parquet poursuit, la justice tranchera.

 

Ils se disent vouloir défendre les citoyen(ne)s et se massacrent entre eux.

Quel bel exemple de stratégie.

Q :Peut être que M. Charles Petitjean n’était pas raciste ???

R :Charles Petitjean n’était pas raciste, ni xénophobe. Brigitte Beudot était du très petit clan des radicaux qu'il voulait éliminer!

Source DH 

 

http://www.dhnet.be/actu/faits/charleroi-le-parquet-poursuit-une-ex-attachee-parlementaire-fn-562fd6f43570e5f527f5d91d

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08:17 Écrit par résistant & Vérité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.